Bienvenue sur le site de l'UDFO Vaucluse

1er mai 2022 à Avignon

PRISE DE PAROLE UDFO Vaucluse                        

Manifestation du 1er mai 2022

Bonjour à tous, 

Vous l’aurez constaté, les 1ermai ne se ressemblent pas et celui-ci n’est pas entravé par les mesures sanitaires liberticides que nous avons connues.

Quoiqu’il advienne, le 1er mai demeure un symbole de l’engagement syndical. Celui de la solidarité ouvrière, du refus de l’exploitation, de l’action collective et de l’internationalisme.

C’est aussi un engagement pour la paix.

Et ce 1er mai est tout particulièrement placé sous le signe de l’appel à la paix, alors que la guerre en Ukraine se poursuit avec ses victimes, ses atrocités, ses destructions à la suite de l’invasion de ce pays par l’armée russe.

À Force Ouvrière, nous exprimons solennellement notre condamnation de la guerre et apportons notre soutien à la population, aux travailleurs qui, en Ukraine, mais aussi partout à travers le monde, sont les premières victimes de toute guerre. 

Au lendemain des élections présidentielles, à la veille des élections législatives, nous appelons à FO à la vigilance et au rejet de tout acte ou propos racistes, antisémites, xénophobes… au rejet des slogans et des politiques qui visent à faire de l’étranger le bouc émissaire au lieu d’apporter des réponses sur le terrain économique et social.

Et ces réponses ne peuvent être la poursuite des politiques d’austérité et de détricotage de notre modèle social, qui s’accompagnent de restrictions de nos libertés individuelles et collectives.

Monsieur le Président de la République, en ce 1er mai, journée internationale de revendications, c’est même une rupture totale avec ces politiques que nous revendiquons, tout comme nous revendiquons le rétablissement de toutes les libertés individuelles et collectives auxquelles vous avez porté atteinte.

Alors que l’inflation atteint à nouveau des sommets, alors que les inégalités s’accroissent et que les dividendes des actionnaires explosent, à FO nous exigeons dans un esprit de justice sociale une augmentation générale significative des salaires, des minimas sociaux et des retraites. 

Dans le même temps, nous demandons la mise en place de mécanismes de blocage des prix des biens des dépenses contraintes (carburants, énergie, alimentation...) et la mise sous condition des aides publiques aux entreprises à la négociation des salaires, au maintien des emplois et à l’interdiction du versement des dividendes.

Ce 1er mai doit être également l’occasion d’une mise en garde solennelle au futur gouvernement. 

Nous avons su en 2020 nous mobiliser pour faire barrage au système de retraite universel par point, nous saurons nous mobiliser avec énergie pour faire barrage à tout projet qui viserait au recul de l’âge de la retraite. Transformer l’élection présidentielle en pseudo référendum sur ce sujet serait une manipulation inacceptable.

Non seulement, nous saurons engager toutes nos forces pour combattre tout recul de l’âge de la retraite, mais nous nous engageons d’ores et déjà dans une démarche déterminée de reconquête sociale, qui passe par le retour à la retraite à 60 ans pour un taux plein sans décote. C’est aussi cela l’action syndicale.

En ce 1er mai, FO réaffirme que les salariés, les ménages n’ont pas à payer le « quoi qu’il en coûte », ni à accepter des sacrifices au nom de quelque guerre que ce soit… que cela soit bien compris !

Quel que soit le contexte, nous ne nous laisserons pas embarquer dans une union nationale visant à taire les revendications.

Nous n’accepterons pas que le coût de la crise sanitaire soit financé au final par la protection sociale et que notre Sécurité Sociale subisse de nouveaux coups.

Pas plus que nous n’accepterons que les services publics soient la variable d’ajustement de ces politiques d’austérité.

Au contraire, il y a nécessité absolue, plus encore en ces périodes de crises sanitaires, sociales et maintenant internationale, à donner tous les moyens humains et matériels nécessaires à l’accomplissement de leurs missions, que ce soit dans la fonction publique hospitalière, territoriale ou de l’État.

C’est pourquoi, Force Ouvrière affirme que plus que jamais, ce 1er mai constitue une mise en garde sur les lignes rouges à ne pas franchir et un point d’étape à la construction d’une mobilisation indispensable pour défendre les droits des femmes et des hommes au travail, les salaires, la sécurité sociale, les retraites, le droit des jeunes générations à l’Instruction publique laïque, et pour faire avancer le progrès social, la justice sociale, la paix et la liberté.

Vive le syndicalisme libre et indépendant !

Vive la solidarité internationale des travailleurs !

Vive le 1er mai de revendications !

UDFO VAUCLUSE 20 avenue Monclar BP 80010 84004 AVIGNON Cedex 1 / Nous contacter : Tél. 04.90.14.16.30
Manifestation à Avignon le 27 janvier 2022

Manifestation du 27 janvier 2022 à Avignon

PRISE DE PAROLE UDFO Vaucluse

 Bonjour à toutes et tous, je m’exprime au nom de l’Union départementale des syndicats Force Ouvrière de Vaucluse.

Si nous sommes à nouveau mobilisés aujourd’hui, c’est pour dénoncer les régressions sociales et porter des revendications notamment en matière d’augmentation des salaires et des retraites.

 Nul ne peut ignorer un contexte social marqué ces derniers mois par l’augmentation des produits énergétiques, carburant, électricité, gaz…, mais aussi par celle des produits alimentaires, comme le pain, les pâtes, les fruits et légumes, et j’en passe.

Nul ne peut ignorer l’augmentation de la pauvreté, que ce soit chez les jeunes, les personnes âgées, les familles avec enfants. 

 Que constatons nous dans le même temps ? je veux parler de celui de la crise sanitaire, qui nous impacte depuis maintenant 2 ans. Pendant ces 2 dernières années, la fortune des milliardaires a augmenté plus rapidement que de 2009 à 2019.En France, la fortune des milliardaires a augmenté de 86% !!!

 Et pourtant, et pourtant pas d’augmentation du SMIC, pas d’augmentation du point d’indice de la fonction publique, qui sont pourtant des éléments de référence pour celle des salaires dans le secteur privé.

Il n’est donc pas étonnant de constater que dans les entreprises, les négociations soient trop souvent au point mort ou insuffisantes. En clair, le gouvernement dit au patronat, ne lâchez rien !

Quant aux retraites, les retraités attendent toujours, malgré leur mobilisation, le coup de pouce significatif indispensable au regard de l’inflation.

 Et toujours dans ce même temps, le gouvernement et ce même patronat en profitent pour accélérer la mise place des contres réformes et le démantèlement des services publics, avec le symbole très fort du maintien par ce gouvernement de sa contre-réforme de l’assurance chômage, dont FO demande l’abandon.Contre-réforme qui a pour conséquence une baisse considérable des indemnités et une précarisation de l’emploi.

Il est donc clair, et nous avons déjà eu l’occasion de le dire, il est donc clair, qu’ils entendent bien faire payer aux travailleurs et travailleuses, aux retraité(e)s, aux demandeur(se)s d’emploi, à la jeunesse, le coût d’une crise sanitaire, dont ils ne sont en rien responsables.

 Mais crise sanitaire ou pas, nous n’entendons pas taire les revendications, et en particulier celle de l’augmentation générale des salaires, des retraites, des pensions, des minima sociaux et des allocations pour les jeunes.C’est non seulement légitime au regard de la situation sociale, mais ce n’est que justice sociale au regard des indices boursiers et économiques.

 Force Ouvrière l’affirme et le revendique : il convient de rompre avec les politiques de rigueur qui appauvrissent toujours plus la population, qui précarisent toujours plus la jeunesse dans ce contexte de crise sanitaire.

Politiques de rigueur qui visent aussi à détruire le service public, pourtant plus que jamais indispensable en période de crise. Et l’école publique et l’hôpital public ne sont épargnés, bien au contraire. Pour ce dernier, les fermetures de lit et services se sont largement poursuivies au cours de ces 2 dernières années. 

Nous affirmons donc que l’heure reste à la mobilisation pour dire que les salariés, retraités, demandeurs d’emploi, étudiants refusent catégoriquement de payer le coût financier d’une crise sanitaire, dont l’ampleur, n’est que la conséquence des politiques libérales d’austérité menées depuis de trop nombreuses années.

 C’est pourquoi FO soutient les grèves qui se déroulent dans les entreprises et administrations et qui traduisent une réelle exaspération en particulier en matière de perte de pouvoir d’achat et de régressions sociales.

La prétendue lutte contre la pandémie ne peut être le prétexte à la poursuite de ces politiques d’austérité. Il n’est pas non plus question de se laisser embarquer dans un pseudo dialogue social visant à associer les syndicats à ces régressions et à la restriction de nos libertés. 

AUGMENTATION GÉNÉRALE DES SALAIRES ! AUGMENTATION DES RETRAITES ! AUGMENTATION DES MINIMA SOCIAUX !

Présentation des voeux de l'UDFO Vaucluse

Article du Dauphiné Libéré du 9 janvier 2022

Communiqué de presse UDFO 84

Réaction de l’UDFO Vaucluse

à la situation de la « pénurie médicale » en Vaucluse :

Critique ? Oui la situation est critique !

 La lecture de l’article du Dauphiné Vaucluse Matin de ce jour relatif à la pénurie médicale et ce qu’en dit le directeur de l’ARS, nous conduit à réagir en apportant des éléments d’information complémentaires.

Reconnaître que la situation est préoccupante est un euphémisme.

Alors que les ruptures de soins se multiplient dans les territoires, aucune mesure réelle à la hauteur de la gravité de cette situation n’est proposée.

Quant à considérer que c’est d’abord un problème structurel lié au vieillissement de la population et au progrès médicaux, c’est d’une part faire fi des conséquences des politiques restrictives menées depuis de trop nombreuses années par les gouvernements successifs. D’autre part, pourquoi parler du vieillissement et pas de l’augmentation de la population et des moyens qui devraient suivre ?

Quant à la reprise de l’argument gouvernemental servi depuis de nombreuses années sur la pénurie de médecins et d’infirmiers et la durée de leurs études, il est difficile à entendre. Des médecins et infirmiers existent pour peu qu’on cherche vraiment à les recruter, à les garder et les protéger dans leur activité.

Comme pour l’hôpital public et l’épuisement des personnels au moment où survient la 5ème vague, cette situation ne peut se limiter à un simple constat, car nous parlons là de la Santé des Français et des Vauclusiens en particulier. 

Cela fait des années que Force Ouvrière dénonce les politiques d’austérité menées en matière de santé, s’oppose aux fermetures de lits (100 000 en 20 ans) et de structures hospitalières.

Il convient dès à présent de stopper la politique de fermeture de lits inscrite dans la Loi « Ma Santé 2022 », de procéder à l’augmentation des capacités des écoles formant les futurs professionnels de santé et à l’embauche massive de personnels ainsi qu’à l’amélioration des conditions de travail.

Avignon, le 15 décembre 2021

Jean-Luc BONNAL

Secrétaire Général UDFO Vaucluse

Tel ; 06 15 04 51 14

Retraités : plus de 20 000 manifestants à Paris le 2 décembre !

Regardez "Les retraités en rupture avec le président Macron [Véridik]" 
Délégation de l'UDR 84 à la manifestation des retraités du 2/12/21 à Paris

Formation syndicale

Journée de formation pour nos élu(e)s le 22 novembre 2022 à l'UDFO Vaucluse sur la formation professionnelle animée par notre camarade Hervé PROKSCH avec Annabelle Brunetaud du réseau EVA - Conseil en Évolution  professionnelle, Thierry Tourlan de l'association Trans Pro PACA et François Place de Cap Emploi 84.

Cortège FO à Avignon le 5 octobre 2021

Manifestation du 5 octobre 2021

PRISE DE PAROLE UDFO Vaucluse                         

Bonjour à toutes et tous, je m’exprime au nom de l’Union départementale des syndicats Force Ouvrière de Vaucluse. 

Si nous sommes là aujourd’hui, c’est pour dénoncer les atteintes aux libertés individuelles et collectives, mettre un terme aux régressions sociales et porter des revendications. 

En effet, entre état d’urgence sanitaire, loi sécurité globale et « pass sanitaire », qui de fait remet en cause le code du travail et le statut de la fonction publique, c’est bien les libertés qui sont remises en cause et le droit des salariés et les garanties collectives qui sont attaqués.

Nous n’acceptons pas à Force Ouvrière, qu’au nom d’un Pass sanitaire, des salariés puissent être sanctionnés, suspendus, privés de revenus et même licenciés ! 

Dans le même temps, nous refusons que la situation sanitaire soit utilisée par le gouvernement et le patronat pour accélérer la mise place des contres réformes et le démantèlement des services publics.

En effet, il est clair, et nous avons déjà eu l’occasion de le dénoncer, qu’ils entendent faire payer aux travailleurs et travailleuses, aux retraité(e)s, aux demandeur(se)s d’emploi, à la jeunesse le coût d’une crise sanitaire, dont ils ne sont en rien responsables.

D’où l’entêtement de ce gouvernement à faire passer en force sa contre-réforme de l’assurance chômage, dont l’unique objectif est de réaliser des économies sur les droits des demandeurs d’emploi. FO en demande l’abandon.

D’où son entêtement à remettre sur le tapis la contre-réforme des retraites, très largement rejetée, qui aurait pour conséquence une diminution considérable des retraites et des pensions. Certains, à l’image de l’ancien 1er ministre, plaident même pour relever l’âge légal de 62 à 67 ans afin de réduire les déficits publics. Ceci alors même que les profits et les dividendes versés aux actionnaires s’envolent… C’est indécent ! 

D’où l’entêtement également de ce gouvernement à poursuivre la destruction des services publics et de leurs statuts, avec notamment la remise en cause de l’école publique et de la liberté pédagogique, le démantèlement des services de la Direction Générale des Finances Publiques, la fermeture de services et de lits dans l’hôpital public, alors qu’ils ont cruellement fait défaut pendant cette crise sanitaire, au détriment des personnels soignants et des patients.

Si le gouvernent n’entend pas confiner sa politique d’austérité, nous n’entendons pas à FO confiner les revendications !

Voilà pourquoi nous devons aussi porter haut et fort ces revendications. 

Alors que nous sommes confrontés à une hausse considérable des prix de consommation courante, en particulier ceux des produits énergétiques, la première des revendications est l’augmentation générale des salaires dans leur ensemble, du SMIC, des pensions et retraites, des minimas sociaux et des bourses d’études.

En cette période, Force Ouvrière l’affirme et le revendique : plus que jamais il convient de rompre avec les politiques de rigueur qui réduisent le service public à une dépense. Il faut au contraire inverser la tendance. Les moyens tant matériels et humains doivent être alloués afin que perdure un véritable service public républicain digne de ce nom. Cela vaut pour l’ensemble des services publics et pour l’hôpital public en particulier, qui est en première ligne de cette crise sanitaire que nous traversons. 

C’est pourquoi ce 5 octobre, Force Ouvrière affirme que :

- plus que jamais l’heure est à la mobilisation pour dire haut et fort que les salariés, retraités, demandeurs d’emploi, étudiants refusent catégoriquement de payer le coût financier d’une crise sanitaire, dont l’ampleur, n’est que la conséquence des politiques libérales d’austérité menées depuis de trop nombreuses années.

- plus que jamais, mes camarades, l’heure est à la construction d’un rapport de force pour la satisfaction de nos revendications.

Banderole de tête à Avignon le 5 octobre 2021
Présentation des voeux 2021 UDFO Vaucluse

Voeux 2021 UDFO Vaucluse

Vœux 2021 de l’UDFO Vaucluse

Une année 2020 entre remise en cause de notre modèle social et pandémie

L’année 2020 qui vient de s’achever aura été particulièrement éprouvante pour les salariés, les demandeurs d’emploi, les retraités et la jeunesse en général, et les attaques contre notre modèle social se sont poursuivies.

En effet, cette année 2020 a été marquée notamment dans le 1er trimestre par la mobilisation contre la réforme des retraites visant à liquider les régimes existants pour instaurer un régime universel par points avec pour conséquence une diminution notable du montant des retraites.

Cette large et durable mobilisation, à laquelle l’UDFO Vaucluse a pleinement contribué par sa détermination et son engagement, a permis à ce jour d’empêcher l’instauration effective de cette contre-réforme.

Ceci malgré le passage en force du gouvernement, qui a décidé le 2 mars 2020 aux termes d’un conseil des ministres extraordinaire au regard de la situation sanitaire de recourir au 49.3 pour mettre un terme au débat sur son projet de loi rejeté par une majorité des citoyens, et ce sans qu’aucune négociation n’ait été réellement organisé sur le devenir des retraites. Cette façon de gouverner à coup de bulldozer, était le plus mauvais signal qui pouvait être donné au monde du travail et aux salariés massivement mobilisés depuis le 5 décembre 2019.

Mais l’année 2020 a également été marquée par les effets dramatiques de la pandémie due à la COVID 19 dans la vie quotidienne et le monde du travail.

Pour l’UDFO Vaucluse, l’irruption d’un virus et la pénurie de moyens susceptibles d’y faire face auront clairement démontré que les politiques économiques libérales associées à la destruction systématique des services publics constituent des facteurs aggravants lorsque surviennent des crises majeures. À ce titre, les restrictions budgétaires et la gestion à flux tendu des hôpitaux qui ont prévalu jusqu’à la veille de la pandémie resteront, pour l’avenir, comme l’exemple le plus frappant des méfaits induits par les politiques d’austérité. Au final, toutes ces « économies » auront coûté bien trop cher aux citoyens en général et aux salariés en particulier.

C’est pourquoi dans ce contexte sanitaire, l’UDFO Vaucluse rappelait dès fin mars qu’il était indispensable de ne pas confiner l’action syndicale. Il était hors de question d’entrer dans le silence d’une union nationale visant à taire les revendications.

Car à l’inquiétude sanitaire des salariés, s’ajoute l’inquiétude sociale. Celle du devenir de l’emploi, du salaire, de notre système de protection sociale.

Et ce n’est pas la prorogation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 16 février 2021 qui est de nature à rassurer. Sans mésestimer la gravité de la situation sanitaire, l’UDFO Vaucluse s’inquiétait le 27 octobre dernier que le recours à l’état d’urgence sanitaire devienne récurrent et se traduise par des restrictions importantes, notamment en matière syndicale en ce sens qu’elles limitent de fait l’exercice régulier du droit de réunion et de manifester, mais également les libertés fondamentales.

La proposition de loi relative à la sécurité globale et le décret du 2 décembre 2020 modifiant les dispositions du code de la sécurité intérieure relative au traitement de données à caractère personnel n’ont fait que confirmer ces inquiétudes et ils doivent être retirés ou abrogés.

Après les contradictions du gouvernement, les errements ou « retards à l’allumage » tant sur la question des masques, que sur l’utilisation des tests ou encore la mise en place de la campagne de vaccination, force est de constater que le gouvernement est plus prompt à imaginer, rédiger et publier des décrets qui restreignent les libertés, qu’à mettre en place les outils pour lutter contre la pandémie.

2021 : Tirer les leçons de 2020 et combattre la régression sociale

En 2021, dans le contexte d’incertitude, tant sur le plan sanitaire que social, l’urgence est à l’arrêt et au retrait de tous les projets de réforme visant à amoindrir les droits des salariés et à démanteler les services publics avec notamment la loi de transformation de la Fonction Publique.

La crise économique induite par la crise sanitaire ne pourra que conforter Force Ouvrière dans le bien fondé de ses revendications. Exiger l’abandon définitif de la réforme de retraite par points tout comme celle de l’assurance chômage restera plus que jamais un combat d’actualité puisque, derrière ces réformes, se cache une baisse globale du revenu des retraités et des chômeurs. FO maintiendra également son exigence de revalorisation des salaires, des minimas sociaux et des pensions 

S’il est une leçon à tirer de cette pandémie, c’est que la maîtrise des coûts ne doit pas se substituer à la qualité des soins. Pour FO, la solution se trouve donc d’abord dans la réponse aux revendications des personnels hospitaliers, dans la dotation de véritables moyens aux services de santé et dans l’abandon du plan « ma santé 2022 », ainsi que dans le rétablissement des CHSCT supprimés dans le secteur privé par les ordonnances Macron et que la loi de transformation de la Fonction publique prévoit également de faire disparaître.

S’agissant du plan de relance qui a sa déclinaison en Vaucluse avec la mise en place du Comité Départemental France Relance 84, FO constate et conteste que l’ensemble des aides, les baisses d’impôts et exonérations de cotisations, ne soient pas conditionnées au non-licenciement. Les exemples ne manquent pas, où les pouvoirs publics sont démunis lorsqu’une entreprise décide de fermer après avoir perçue des millions d’euros d’aide publique. Il est indispensable que des dispositifs de contrôle et de sanction soient prévus contre les opérations de captation des aides publiques à des fins d’optimisation fiscale ou de rémunération des actionnaires.

Face aux velléités de certains ministres d’accélérer les réformes pour financer le coût de cette crise sanitaire, face à l’annonce du patron du MEDEF d’« augmenter les trimestres de cotisations »  pour une retraite à taux plein « pour rembourser une partie des déficits », face à la volonté de revenir au monde d’avant, le gouvernement doit prendre conscience que les salariés n’accepteront pas de payer les conséquences de politiques économiques qui ont amplifié les effets de cette crise.

À FO, nous ne resterons pas l’arme aux pieds, spectateurs des plans de suppressions d’emplois et de licenciements et de destruction de notre système de protection sociale.

C’est pourquoi, l’UDFO Vaucluse, tout en adressant pour 2021 ses vœux de santé, de bonheur, de réussite de nos syndicats dans les élections professionnelles et dans les combats que nous devrons mener, appelle pour cela tous ses syndicats, ses militants, ses adhérents à être prêt à agir pour établir le rapport de force nécessaire. 

Avignon, le 8 janvier 2021

UDFO VAUCLUSE

20 avenue Monclar BP 80010

84004 AVIGNON Cedex 1

Nous contacter :

Tél. 04.90.14.16.30

FAX 04.90.14.16.39

Mail : udfo84@force-ouvriere.fr

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

31.03 | 12:39
20.01 | 08:15
page d'accueil a reçu 7
Vous aimez cette page