Page standard

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU 27/10/2020

État d’urgence : réaction FO

Sans mésestimer la gravité de la situation sanitaire et l’urgence à y faire face, l’Union Départementale FO de Vaucluse s’inquiète que le recours à l’état d’urgence devienne récurrent et se traduise par des restrictions importantes, notamment en matière syndicale en ce qu’elles limitent de fait l’exercice régulier du droit de réunion et de manifestation.

FO conteste que la prorogation de l’État d’urgence sanitaire, jusqu’au 16 février 2021, reprenne les dispositions autorisant le gouvernement à prendre par ordonnances toute mesure permettant de rétablir la possibilité de déroger, de façon unilatérale de la part des employeurs, en matière de jours de repos, de durée du travail, de repos hebdomadaire, de travail dominical.

De plus, dans ce contexte d’incertitude et d’anxiété, tant sur le plan sanitaire que social, l’urgence est à l’arrêt et au retrait de tous les projets de réforme visant à amoindrir les droits des salariés, comme la réforme des retraites ou celle de l’assurance chômage, et à démanteler les services publics à l’image du Nouveau Réseau de Proximité (NRP) à la DGFIP qui continue à aller bon train pendant que les personnels regardent ailleurs.

Enfin, s’agissant du plan de relance, l’UDFO Vaucluse déplore que le dispositif d’aide publique aux entreprises ne s’accompagne pas d’une interdiction de licencier et de verser des dividendes. Ceci alors que les exemples ne manquent pas, où les pouvoirs publics sont démunis lorsqu’une entreprise décide de fermer après avoir perçue des millions d’euros d’aide publique. 

À FO nous ne tairons pas les revendications et les salariés n’accepteront pas de payer les conséquences de politiques économiques qui nous ont conduits dans cette situation, en particulier celle de l’hôpital public.

Enfin, pour FO, la réponse à la pandémie se trouve d’abord dans la réponse aux revendications des personnels hospitaliers : l’arrêt des fermetures de lits, le recrutement de personnels sous statut à hauteur des besoins afin d’assurer à tous les patients, quelle que soit leur pathologie, les soins que nécessite leur état de santé. 

Avignon, le 27 octobre 2020

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU 27/08/2020

Pour FO, revendiquer est plus que jamais d’actualité et nécessaire !

Pas plus qu’au mois de mars, et malgré un climat anxiogène savamment entretenu, l’UDFO Vaucluse n’entrera dans le silence d’une sorte d’union nationale visant à taire les revendications.

Après les discours martiaux du Président de la République, l’heure est à la culpabilisation, celle de la jeunesse en particulier, et à la volonté de diviser la population.

La question du port du masque, telle qu’elle est présentée, est symptomatique de cette volonté d’entretenir délibérément un climat anxiogène propice aux divisions. Ceci alors même que le masque était considéré comme inutile par les mêmes décideurs au printemps dernier, mais pour des raisons toutes autres, à savoir l’incapacité à en fournir.

Certes, aujourd’hui, l’inquiétude des salariés est sanitaire. À ce titre la COVID 19 doit être reconnue comme maladie professionnelle pour tous les salariés exposés dans le cadre de leur travail.

Mais cette inquiétude est aussi sociale. C’est celle du devenir de l’emploi, du salaire, de notre système de protection sociale. C’est celle du chantage à l’emploi couplé à celui au salaire qui est d’autant moins acceptable qu’à l’évidence la situation sert d’aubaine ou d’accélérateur à des restructurations ou opérations financières qui profitent aux actionnaires au détriment des salariés.

Voilà pourquoi nous réaffirmons qu’un plan de relance pour l’emploi, suite à cette crise qui est désormais économique et sociale, doit s’appuyer sur la préservation et l’augmentation du pouvoir d’achat, l’augmentation des salaires, du Smic, de l’indice de la Fonction publique, des retraites, et le respect des garanties collectives, du Code du travail et des Statuts.

Les salariés n’accepteront pas payer les conséquences de politiques économiques qui nous ont conduits dans cette situation, et les contre-réformes, notamment celles des retraites et de l’assurance chômage, symboles de ces politiques libérales, doivent être définitivement retirées. 

À FO nous ne resterons pas l’arme au pied, spectateurs des plans de suppressions d’emplois et de licenciements et de la destruction de notre système de protection sociale. 

C’est pourquoi l’Union Départementale FO de Vaucluse appelle tous ses syndicats à établir le cahier de revendications et à agir pour construire le rapport de force pour le faire aboutir.

Avignon, le 27 août 2020

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU 11/06/2020

L’UD FO Vaucluse soutient les personnels de santé mobilisés le 16 juin 2020

 L’Union Départementale des syndicats FO de Vaucluse apporte son soutien entier aux syndicats FO des personnels de santé du Vaucluse mobilisés pour porter des revendications pleinement légitimes, plus encore après le pic de la crise sanitaire que nous traversons. 

Après le temps des louanges, il est plus que temps d’entendre et de donner satisfaction à ces revendications qui portent tant sur l’augmentation des salaires que sur l’arrêt des suppressions de lits et les créations de postes indispensables à la préservation et au renforcement du service public hospitalier.

De plus, l’UDFO Vaucluse comprend la juste colère des personnels de santé quant au traitement inégalitaire portant sur le versement de la prime exceptionnelle, alors qu’il est clair que tous ont été soumis à des contraintes, à une charge de travail accru et au stress du fait de la crise sanitaire. Ce qui doit conduire à l’attribution de la prime à tous.

C’est pourquoi l’UDFO Vaucluse appelle l’ensemble des salariés et retraités à soutenir cette mobilisation.

Un rassemblement est organisé le mardi 16 mars à 10h30 devant l’Agence Régionale de Santé située à la cité administrative cours Jean Jaurès à Avignon.

 Avignon, le 11 juin 2020

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU 20/04/2020

 CRISE SANITAIRE LIÉE AU COVID19

La santé avant l’économie et la finance

Face à la crise sanitaire liée au COVID19, pour l’Union Départementale FO de Vaucluse la priorité reste la santé de la population et, parmi elle, les salariés. 

Et pourtant, après plus d’un mois de confinement, elle constate qu’aujourd’hui encore nombre de salariés du Vaucluse sont confrontés à des insuffisances en matière de protection sanitaire, la conduisant à intervenir auprès des services de l’État. 

Plus encore dans ce contexte, pour l’UDFO Vaucluse, la reprise d’activité, réclamée à cor et à cri par le patronat au nom de de la sacro-sainte économie, ne saurait se faire sans garanties absolues et non négociables en matière de santé des salariés.

Ce qui met en évidence, encore à ce jour, le problème de la mise à disposition en quantité suffisante des fournitures homologuées indispensables (masques, gels hydro alcooliques…) ainsi que celui du dépistage systématique.

C’est pourquoi, après l’annonce du Président de la République d’une réouverture des écoles, collèges et lycées, le 11 mai, qui concerne en Vaucluse 110 000 élèves et près de 10 000 personnels enseignants, administratifs, de santé et de direction, l’UDFO Vaucluse pose solennellement les questions suivantes, afin d’éviter une 2ème vague de contagion dont les écoles pourraient devenir un vecteur :

Le Vaucluse disposera t-il des équipements et dispositifs sanitaires indispensables à une ouverture des écoles dans des conditions optimums de sécurité le 11 mai ?

Un dépistage généralisé préalable des personnels et des élèves est-il prévu ? 

D’autre part, s’agissant des remerciements répétés envers les personnels de santé, les fonctionnaires et autres salariés qui assument les services et besoins essentiels, l’UDFO Vaucluse dénonce un double langage : En effet beaucoup de compliments pour que rien ne change, les revendications exprimées avant l’épidémie par les soignants en particulier (création de postes et de lits, augmentations salariales) continuant à être soigneusement ignorées par les pouvoirs publics. Tandis qu’au prétexte de l’état d’urgence sanitaire, une ordonnance, en date du 15 avril 2020, soit 2 jours après la dernière allocution du Président de la République, fait perdre aux fonctionnaires jusqu’à 10 jours de congés ou RTT.

L’UDFO Vaucluse tient à nouveau à souligner que ni les salariés du public, ni ceux du privé, ni les retraités n’ont à payer les conséquences d’une crise sanitaire qu’ils subissent de plein fouet, et dont la gravité et l’ampleur résultent d’années de politiques d’austérité*. 

Enfin, il convient de répéter que le moment venu, les responsabilités devront être assumées tant en matière de destruction de l’hôpital public et des services publics en général que de gestion hasardeuse de la crise et des conséquences dramatiques aggravées qui en résultent.

Avignon, le 20 avril 2020

* Pour mémoire : 507 996 lits d’hôpital en 1997 et 395 693 lits en 2018, 95 services d’urgences publics ou privés non lucratifs fermés entre 1996 et 2016.

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

08.09 | 21:30
page d'accueil a reçu 6
Vous aimez cette page